LE FIL DES PAGES

15 juin 2011

Sur « Cultures du numérique » (Communications, n°88, 2011)

Le récent numéro de Communications (n°88, 2011), dont le maître d’œuvre est Antonio A. Casilli (Centre Edgar-Morin HAC EHESS/ CNRS) a, entre autres mérites, celui de sortir des sentiers battus. On y trouvera des approches inattendues de la culture numérique (une description fine de l’e-santé, par D. Dupagne, par exemple, ou une synthèse sur le Net art, par J.P. Fourmentraux) ainsi que de très bons articles sur des thèmes plus classiques mais traités de manière à la fois synthétique et, parce que nuancée, nouvelle (« Édition électronique », par P. Mounier et M. Dacos, « Administration électronique », par P. Dagiral, « Prosumer », par G. Beaudouin, qui analyse avec précision les nouvelles formes de consommation-production). Tout au plus peut-on regretter que certains phénomènes qui commencent à être ici et là étudiés, par exemple la violence sur Internet (cf. le récent The Offensive Internet, de M. Nussbaum et S. Levmore), ou encore la cybercriminalité, ou l’activisme du type de celui d’Anonymous, ou de Lulz Security, qui sont une des dimensions de la culture numérique, ne soient pas envisagés dans ce numéro (il est vrai que les derniers développements de cet activisme sont particulièrement récents).

L’article intitulé « Propriété intellectuelle » (F. Rochelandet) réussit le tour de force de présenter en quelques pages l’essentiel de la question. Il s’agit d’une synthèse très équilibrée qui emporte l’adhésion (même si j’ai du mal à suivre l’auteur dans la proposition finale, celle d’un système de licences où « les individus pourraient faire des dons directement aux auteurs selon la valeur qu’ils attribuent à leurs œuvres, dons qu’ils pourraient ensuite déduire fiscalement » – opération dont la faisabilité me paraît pour le moins douteuse).

L’article « Réseaux sociaux sur Internet » (D. Cardon, par ailleurs auteur de l’excellent livre La démocratie numérique) fait une description très fine des diverses formes de conversation dans les réseaux. La fin de l’article (pages 146-147) propose une grille de lecture très convaincante, d’une part de l’affaiblissement de la frontière entre l’espace public traditionnel et celui de la conversation ordinaire (en opposant la lecture républicaine, qui se désole de cette disparition de la frontière entre professionnels et amateurs, et celle qui voit en ce phénomène un empowerment des citoyens) – d’autre part de la manière dont Internet recompose l’espace public en sollicitant les affects et la subjectivité des internautes (en opposant une lecture biopolitique, qui voit dans ce phénomène de nouvelles formes de domination, à la suite de Foucault, et une lecture que l’auteur nomme par la pollinisation, qui insiste davantage sur ses conséquences positives : « les coopérations sur Internet produisent des externalités positives pour l’ensemble de la collectivité : une intelligence collective, des biens communs qui ne peuvent être appropriés par l’État ou le marché, de nouvelles formes d’échanges culturels »). La fin de l’article, très nuancée, tente de montrer que chacune de ces interprétations peut contenir une part de vérité, tant les phénomènes que l’on range sous le titre de culture numérique sont ambivalents : on assiste à « un refus de plus en plus affirmé par les individus… de s’en remettre à d’autres pour choisir, organiser et hiérarchiser l’information », mais, en même temps, « en augmentant la compétition entre les individus en quête de reconnaissance, les réseaux sociaux de l’Internet contribuent aussi à uniformiser les manières de se présenter, de se singulariser et d’agir les uns envers les autres ».

Cette sensibilité aux ambivalences et contradictions de la culture numérique, signe d’un point de maturité atteint par la réflexion sociologique sur Internet, caractérise d’ailleurs la quasi-totalité des interventions. Pour ne citer qu’un dernier exemple, N. Auray, dans son article intitulé « Solidarités », met très clairement en évidence les contradictions des communautés créatives : de jeunes musiciens peuvent témoigner d’une générosité radicale, en rendant leurs œuvres librement téléchargeables, tout en se livrant à une concurrence acharnée pour accéder à une parcelle de visibilité sur les plates-formes de réseau social, le numérique exacerbant cette lutte pour la gloire ou l’attention.

Ce court volume, j’espère l’avoir fait sentir, est un instrument précieux pour mieux comprendre notre présent numérique et éclairer nos choix.

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :