LE FIL DES PAGES

2 août 2011

Sur « Communication Power » (Manuel Castells)

Manuel Castells : Communication Power (Oxford University Press, 2011)

Cet ouvrage imposant (500 pages) prolonge les travaux antérieurs de l’auteur (en particulier The Rise of the Network Society) en inscrivant une théorie originale des réseaux numériques dans une théorie plus large de la network society. Je me contenterai de restituer trois axes fondamentaux de l’étude de M. Castells. Les deux premiers me paraissent constituer une approche précise et convaincante du pouvoir des médias traditionnels et de celui des nouveaux médias. Le troisième me semble par contre à la fois moins original et plus problématique.

1) M. Castells attribue une place particulière au « global networks of information and technology » (27) à l’intérieur de la société contemporaine qu’il conçoit comme « a multidimensional social structure in which networks of different kinds have different logic of value-making » (28). En un sens, le communication network est un réseau parmi d’autres, à côté d’autres réseaux globaux (économique, militaire, religieux, etc.), chacun d’entre eux définissant ce qui constitue pour lui la valeur suprême (le profit, le pouvoir militaire, le salut, etc.). En un autre sens, le communication network est la condition de fonctionnement de tous les autres réseaux (le pouvoir militaire global, par exemple, dépend des croyances de la population, de la capacité de celle-ci à accepter ou non certaines règles, donc, en fin de compte, du pouvoir de la communication) : « thus ideas, and specific sets of ideas, could assert themselves as the truly supreme value…, as a prerequisite for everything » (29). Pour le dire autrement : la communication globale définit, par ses protocoles, la valeur qui lui est propre, comme le fait tout autre réseau, mais cette valeur est celle de la communication, à l’intérieur de chaque réseau et entre ces réseaux : « the common culture of the global network society is a culture of protocols of communication enabling communication between different cultures in the basis not of shared values but of the sharing of the value of communication » (38). C’est le réseau global de communication qui permet, aujourd’hui, le fonctionnement du réseau économique mondial, ou du réseau militaire, ou terroriste, ou religieux, et qui permet à chacun d’eux d’interagir avec les autres pour les modifier et se modifier. En ce sens, le réseau mondial de communication est au-delà des cultures, il repose sur « the common belief in the power of networking and of the synergy obtained by giving to others and receiving from others » (38). L’auteur marque ainsi clairement sa distance par rapport à d’autres interprétations de nos sociétés, qui considèrent par exemple que celles-ci sont dominées par le réseau de l’économie capitaliste, ou encore par celui du cosmopolitisme politique.

Plus précisément, Castells distingue quatre tendances fondamentales des cultures contemporaines, qu’il nomme branded consumerism, cosmopolitanism, networked individualism et multiculturalism (120). Chacune d’entre elles trouve sa condition de fonctionnement et d’interaction avec les autres dans le réseau global de communication. Il n’est pas utile d’exposer ici les arguments en faveur de cette typologie, ni la définition précise de chacune de ces tendances (le branded consumerism est la global entertainment industry ; le cosmopolitanism est à entendre au sens le plus large : il peut s’agir aussi bien d’un réseau politico-militaire mondial que d’un réseau religieux, etc.). L’essentiel est de comprendre, d’une part, que ces quatre tendances, qui ne sont possibles que par des processus de communication, fragmentent celle-ci : le networked individualism, c’est-à-dire la culture de masse qui s’est développée avec Internet, fortement individualiste, n’est qu’une des formes possibles de la communication, à côté de celle que Castells nomme multiculturalism, c’est-à-dire la production et diffusion de biens culturels par des communautés se définissant par leur identité culturelle, ou encore celle qui régit le branded consumerism international. Et de comprendre, d’autre part, qu’un processus global de communication transcende tous les clivages « in a production of meanings through a series of protocols of communication that make intelligibility possible in a communication-centered culture » (125).

Cette thèse a une conséquence forte concernant le concept d’espace public, conséquence que Castells énonce de manière remarquablement claire : « the construction of the new public sphere in the network society proceeds by building protocols of communication between different communication processes » (125). L’auteur analyse finement la multiplicité de ces protocoles (qui, pour chacune des quatre tendances culturelles distinguées plus haut, ne sont pas identiques : la publicité est le protocole central du branded consumering, le networked digital hypertext celui du networked individualism, etc.). Il met aussi clairement en évidence le nouveau type d’audience qui est celui de cette nouvelle sphère publique (une audience fragmentée en individus recevant des messages mais les interprétant activement « according to their own cultural frames, and by mixing the messages from one particular source with their variegated range of communicative practices », 127). Là encore, Castells se distingue de manière remarquable de certains théoriciens de l’espace public en montrant que l’audience, loin d’être une masse passive ou, au contraire, un corps de citoyens rationnels, est à la fois passive (elle reçoit quantité de messages qu’elle reprend à son compte) et active (elle les interprète en fonction de ses schémas cognitifs et de l’information dont elle dispose). Comme le dit Russell Neuman, cité par Castells, « the average audience member pays relatively little attention, retains only a small fraction, and is not the slightest bit overloaded by the flow of information or the choices available among the media and messages » (128). L’audience contemporaine est ainsi, selon Castells, une « creative audience, the source of a remix culture that characterizes the world of mass self-communication » (132), une audience dont la diversité contrebalance la concentration du pouvoir qui est une des tendances caractéristiques des réseaux globaux (136).

2) Un deuxième intérêt de l’ouvrage est de dégager, en prenant appui sur de nombreuses études empiriques, les processus cognitifs et émotionnels que les individus mettent en œuvre dans le nouvel espace public dont il vient d’être question. Là encore, Castells se démarque de conceptions concurrentes simplistes, pour lesquelles l’opinion publique est formée (par les pouvoirs politiques et les médias), ou exprime des intérêts préexistants, ou se forme (selon le modèle rationaliste délibératif).  Il insiste au contraire sur le fait que la construction de l’opinion publique est un processus complexe où interviennent à la fois les élites politiques et médiatiques (la télévision et la radio, rappelle opportunément l’auteur, sont encore la source dominante d’information politique, malgré la montée en puissance d’Internet), qui fournissent des cadres d’interprétation, et les citoyens, qui traitent les données mises à leur disposition.

Concernant le premier pont, la formation de l’opinion par les élites, l’ouvrage a le mérite de rappeler que les médias structurent très fortement l’opinion publique (en choisissant à la fois ce sur quoi il faut penser et ce qu’il faut en penser). En d’autres termes, l’espace public n’est jamais vierge, comme le laissent entendre parfois les chantres naïfs du nouvel espace public qu’ouvrirait Internet, il est toujours déjà organisé par les élites, selon un processus complexe où interviennent diverses instances (le pouvoir politique, les médias, les réactions du public), diverses motivations (le niveau des médias, par exemple, filtre les données émanant du pouvoir politique en fonction de ses propres intérêts) et divers traitements cognitifs et émotionnels des données.

Concernant le second point, un mérite de l’ouvrage est d’attirer l’attention sur l’importance des traitements cognitifs et émotionnels mis en œuvre par des citoyens davantage mus par des valeurs, croyances et dispositions que par des intérêts matériels (153). Un seul exemple : pour éviter la dissonance émotionnelle, les individus cherchent systématiquement les informations qui confirment leurs propres interprétations, quitte à fuir les médias nationaux pour aller s’informer, via Internet, sur d’autres supports. Ce qui pourrait paraître un enfermement dans leur propre pensée (« people tend to believe what they want to believe ») peut aussi être lu comme une forme de résistance aux cadres d’interprétation dominants (165). Le rôle de l’affectivité, dans ces processus, est essentiel (en particulier dans le rapport des citoyens aux partis et candidats qui font le lien entre les valeurs et croyances des individus et leurs intérêts, 154).

La description que Castells fait de l’espace public réel n’équivaut pas à un rejet de l’idéal démocratique, pour lequel des sujets rationnels choisissent leurs gouvernants après délibération dans un espace public ouvert. Elle signifie simplement que la démocratie procédurale, telle qu’elle a été décrite par les théoriciens politiques, n’est qu’un idéal-type (190), dont il est essentiel, si l’on veut qu’il ait quelque chance de devenir un jour effectif, de connaître la distance qu’il entretient par rapport à l’espace public réel structuré par les diverses élites : « this is not a normative call for the triumph of emotional politics, let alone for irrational decision-making. Rather, this is a recognition of the actual way people process signals on the basis of which they make their decisions, for themselves and for the world at large on behalf of themselves » (191). En d’autres termes, il existe un niveau proprement politique, qui n’est pas exclusivement celui de la délibération rationnelle, niveau que l’idéal démocratique doit prendre en compte : « to reach the level of policy decision-making, democratic procedures have to be followed with the full understanding of the processes involved. And these processes are largely emotional, articulated around conscious feelings and connected to choices that elicit a complex array of responses dependent on the stimuli received from our communication environnment » (191). La conception rationaliste de la politique n’a quelque chance de quitter le champ de l’utopie que si elle devient consciente des limites, dans le processus politique, de la rationalité (192). Le public ne se désintéresse pas des enjeux substantiels de la politique, mais il faut prendre conscience que ces derniers, s’ils doivent être perçus par une large audience, « have to be presented in the language of infotainment ». Cela signifie que « the imagined cultural past and the notion of the loss of deliberative democracy are often the result of a nostalgic, elitist bias » (201).

C’est sur la base d’une telle analyse que Castells modère fortement la thèse, qui est devenue un lieu commun, d’une crise de la démocratie : « While there is no doubt about the worldwide crisis of political legitimacy, it is unclear if and how this translates into a crisis of democracy » (295). La crise de la légitimité politique consiste dans le décalage, dans les démocraties, entre « their constitutional rules and the beliefs of their citizen » (295). Ce décalage est dû, entre autres, à la crise de l’État-nation, qui aujourd’hui fait face à de nouvelles légitimités,  débordé qu’il est, à l’extérieur, par les réseaux globaux de l’économie, du pouvoir et de l’information, et à l’intérieur par l’émergence d’identités culturelles affirmant de plus en plus leur indépendance (295). Les médias jouent un rôle fondamental dans cette crise de légitimité, en focalisant l’attention sur les scandales politiques. Il faut cependant constater que « in spite of massive citizen disaffection vis-à-vis the political class, and vis-à-vis democracy as they experience it, often that not people around the world have not given up their political ideals, though they interpret them in their own way » (297) : ils sanctionnent davantage les sortants, suscitent de nouveaux partis et leaders, qui peuvent favoriser l’émergence de nouveaux projets politiques, mais aussi celle de mouvements populistes.  En ce sens, il est abusif de parler de crise de la démocratie.

En un autre sens cependant, qui fait l’objet du long dernier chapitre de l’ouvrage, il est possible de parler de crise de la démocratie, si l’on considère les bouleversements que connaissent actuellement les médias, avec l’émergence d’Internet. Le communication power est aujourd’hui fortement divisé entre ce que Castells nomme les messagers (les mass media traditionnels et les nouveaux médias numériques contrôlés par ceux qui les construisent et les gèrent) et les messages émanant des communications horizontales rendues possibles par Internet (donc par ces nouveaux médias). En d’autres termes, « the medium is not the message, although it conditions the format and distribution of the message » (418) : les messages peuvent remettre en cause les messagers, « once in cyberspace, people may have all kinds of ideas, including challenging corporate power, dismantling government authority, and changing the cultural foundations of our aging/aching civilization », 421). Pour revenir à la crise de la démocratie, il s’ensuit que « the practice of democracy is called into questions when there is a systematic dissociation between communication power and representative power » (298). Pour le dire plus concrètement, « the most important crisis of democracy under the conditions of media politics is the confinment of democracy to the institutional realm in a society in which meaning is produced in the sphere of media » (298). Cette constatation conduit l’auteur à estimer que « democracy can only be reconstructed in the specific conditions of the network society if civil society, in its diversity, can break through the corporate, bureaucratic and technological barriers of societal image-making » (298).

L’hypothèse envisagée à la fin de l’ouvrage est donc celle selon laquelle « the same pervasive multidimodal communication environment that encloses the political mind in the media networks may provide a medium for the diverse expression of alternative messages in the age of mass self-communication » (298). L’auteur est conscient qu’il pourrait s’agir là d’une nouvelle forme d’utopie : « Is this really so ? ».

3) M. Castells estime que le nouvel espace public, celui de l’époque de la « network society » caractérisée par la « mass self-communication », favorise l’émergence de nouveaux mouvements sociaux, cela bien que cet espace soit fortement structuré par « different forms of control and manipulation » et de ce fait « biased towards the builders and caretakers of this space » (302). C’est parce que cet espace est, par construction, ouvert, qu’il est le lieu d’une « battle of images and frames » qui vise à reprogrammer les réseaux de communication : « because they are multimodal, diversified and pervasive, communication networks are able to include and enclose cultural diversity and a multiplicity of messages to a much greater extent than any other public space in history » (302). À la condition qu’ils acceptent de se couler dans les protocoles existants (y compris les formes nouvelles prises par les mass media traditionnels) pour les transformer, de nouveaux mouvements sociaux peuvent émerger. Une tâche fondamentale pour eux est cependant de préserver d’abord « freedom and fairness in the deployment of management of the networked infrastructure of communication and in the practice of the multimedia industry » (302). En d’autres termes, « communication politics becomes dependant upon the politics of communication » (303).

À l’appui de cette thèse, Castells évoque plusieurs formes de ce qu’il nomme les insurgent social movements : la nouvelle conscience écologique, la lutte en faveur d’une mondialisation juste, l’élection d’Obama interprétée comme une « insurgent politics » (par exemple par le passage à un nouveau mode de financement de la politique), les mouvements insurrectionnels contre les despotismes du Moyen-Orient, etc.

On peut cependant s’interroger sur la pertinence qu’il y a à ranger des phénomènes aussi différents sous la même catégorie, celle d’une « potential synergy between the rise of mass self-communication and the autonomous capacity of civil societies around the world to shape the process of social change » (303).

La dernière partie de l’ouvrage me paraît en effet fragile à plusieurs titres.

(a) Les insurgent movements que décrit Castells pourraient fort bien trouver leur place dans le système économique et politique actuel sans le modifier fondamentalement. On peut rester sceptique devant l’affirmation selon laquelle les formes d’auto-organisation rendues possibles par la network society seraient l’ébauche d’une « societal organization around networked self-management » (345 ; il est à remarquer que l’auteur ne donne jamais à cette expression un sens vraiment précis). Il semble, trop souvent à la fin de l’ouvrage, que le sociologue soit tenté de céder la place à l’activiste, ou du moins qu’il accorde une oreille trop complaisante aux chantres de l’utopie du networked self-management, voire d’un brumeux communisme numérique, ou à ceux, plus naïfs encore, de la mobil-ization (constater le rôle des communications par Facebook ou Twitter dans les révolutions arabes récentes est une chose, y voir un tournant fondamental, là et ailleurs, en faveur de la démocratie en est une autre).

(b) Castells rappelle qu’Internet, comme toute technique, peut être utilisé pour opprimer aussi bien que pour libérer, mais ce rappel fonctionne souvent dans l’ouvrage comme une clause purement formelle. L’auteur n’envisage en effet que très allusivement les phénomènes que d’autres auteurs, Martha Nussbaum par exemple, rangent sous l’appellation de the offensive Internet (cf. S. Levmore and M. Nussbaum, The Offensive Internet, 2010). On pourrait contester, qui plus est, l’opposition oppression/libération, qui reproduit un schéma traditionnel (celui présent dans les théories de l’aliénation) et montrer que les nouvelles formes d’organisation économique, ou encore les nouvelles formes d’expression, s’articulent beaucoup plus finement avec le système économique ou le système des médias actuels, qu’il est par ailleurs peu éclairant de ranger sous la catégorie large et vague d’oppression.

(c) La défense de l’ouverture, de la neutralité et de la transparence des protocoles d’Internet est effectivement essentielle. Castells me semble voir à juste titre dans ce que l’on nomme la gouvernance d’Internet un problème politique fondamental. Les nouveaux mouvements sociaux ne pourront produire « another world » (je laisse à l’auteur la responsabilité de cette expression, qui me semble reposer sur un abus, malheureusement très fréquent, de l’adjectif autre) que si les citoyens et leurs États conservent le contrôle, d’une manière ou d’une autre, de ces protocoles : il n’est possible de reprogrammer que si l’on conserve un accès au programme. Mais là encore l’auteur oppose trop mécaniquement les communicating subjects et les controllers of societal communiation nodes (413). La reproduction pure et simple, par Castells, du récit anarcho-libéral des fondateurs d’Internet lui interdit ne serait-ce que d’examiner précisément les formes de régulation (au niveau européen ou national, par exemple) qui n’ont pas pour objectif de museler Internet mais de maîtriser les effets pervers que peuvent entraîner certains usages. Pour ne prendre qu’un exemple, Castells affirme qu’Internet renverse la relation traditionnelle entre les gouvernements et les citoyens, puisque, désormais, ce ne sont plus les premiers qui peuvent épier les seconds, mais l’inverse : « we are all now potential paparazzi » (413). Certes… Mais l’affaire Murdoch devrait nous rendre un peu plus prudents dans l’utilisation de cette métaphore. La transparence, l’open data movement, sont effectivement des tendances fondamentales de nos démocraties. Il n’en demeure pas moins que, comme tous les contre-pouvoirs, ils doivent être organisés (comme en témoignent les réactions des dirigeants des pays démocratiques contre Wikileaks, ou les réactions des citoyens contre les pratiques criminelles de la presse Murdoch).

Pour ces trois raisons, la fin de l’ouvrage me paraît nettement moins originale que le début. Elle se contente souvent d’entonner un refrain progressiste (l’ouvrage a été visiblement écrit au moment de l’élection d’Obama et des espoirs qu’elle suscitait) et anarcho-libéral (les analyses de la fin de l’ouvrage témoignent d’un ancrage dans le discours qui a accompagné l’émergence d’Internet) qui me paraît constituer, aujourd’hui, un obstacle à l’analyse fine du phénomène Internet, en particulier de ses effets politiques – et aussi un obstacle à la défense des potentialités démocratiques de la network society, qui paraît beaucoup plus complexe que ce que laisse penser le dernier chapitre du livre. Celui-ci oppose en effet de manière manichéenne les forces libératrices, celles de la société civile connectée en réseau, et les « government, parties, corporations, interest groups, churches, gangsters, and power apparatuses of every possible origin and kind » dont la priorité serait de museler « the potential of mass self-communication in the service of their specific interest » (414). Mais il me paraît vraiment difficile, pour ne pas dire impossible, de construire une théorie libérale d’Internet sans considérer que les gouvernements, les partis, les entreprises et les églises sont aussi des institutions libérales fondamentales (et, pour les deux dernières, des institutions centrales, à côté de la presse et des multiples associations, de cette société civile au nom de laquelle parle l’auteur).

Il faut cependant ajouter que, d’une certaine manière, ces appareils de pouvoir contribuent, pour Castells, à l’avènement de la société civile connectée autogouvernée. Mais ils le font par une sorte de ruse de l’histoire : « the more corporations invest in expanding communication networks (benefiting from a hefty return), the more people build their own networks of mass self-communication, thus empowering themselves » (421). Peut-on se contenter de reproduire, comme le fait l’auteur, ce vieux schéma téléologique et dialectique (qui a son origine dans le felix culpa chrétienne : le bien se réalise finalement dans l’histoire par son contraire, le mal) ? L’histoire est peut-être plus contingente, et moins dialectique… Remarquons cependant, pour rendre justice à l’auteur, que son optimisme historique est parfois contrebalancé par des accents réalistes. Les envolées utopiques cèdent alors la place aux constatations prosaïques : « However, for the time being, there is an unequal competition between professional media production and our low-quality home home videos and blog gossip » (422). On peut nuancer ce constat pessimiste (les médias professionnels, qui présentent d’ailleurs une grande diversité, sont peut-être moins puissants que ne le pense l’auteur, et les productions des citoyens, dont les meilleures peuvent être aujourd’hui  intégrées aux productions des médias professionnels, plus inventives et élaborées qu’il ne le pense), mais cela supposerait sans doute d’abandonner l’opposition qui gouverne finalement l’ensemble de ce livre, celle de la sphère du pouvoir (L’État, les médias, les grandes entreprises, etc.) et de la sphère de la liberté (l’individu, les communautés formées librement par eux, la société civile, etc.).

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.